Ce site internet utilise des cookies pour fonctionner.

Vous êtes ici

Saint-Sébastien-sur-Loire

//

La desserte ferroviaire Nantes - Saint-Sébastien-sur-Loire - Vertou, inaugurée en octobre 2003, met la ville à 7 minutes de Nantes, et de la gare SNCF. De même, l'aéroport Nantes-Atlantique est à 15 minutes.

Dotée au dernier recensement d'une population de 26 491 habitants (1er janvier 2015), qui en fait la 5e ville du département sur ce plan, Saint-Sébastien-sur-Loire propose à ceux-ci des conditions de vie riches, de la petite enfance au troisième âge.
L'atout majeur de Saint-Sébastien-sur-Loire reste son environnement exceptionnel, préservé sur les 1 165 hectares de la commune, dont plus du quart sont des espaces naturels ou aménagés, comme les 140 hectares des îles de Loire (10 % du territoire communal), où l'on peut choisir de se promener comme de pratiquer de multiples activités de plein air (golf, équitation, bicross, rugby, football, parcours de santé, jeux pour enfants...).

Histoire

C'est au bord de la Sèvre et la Loire, où s'installèrent ses premiers occupants entre 3000 et 2200 avant J.C., que l'histoire de la ville de Saint-Sébastien-sur-Loire prend sa source.
Saint-Sébastien-d'Aignes, comme elle s'appelait alors, devint ensuite au XVe siècle un haut lieu de pèlerinage français, sous la protection de saint Sébastien. On y invoque en effet le "miraculé", devenu saint martyr, contre la peste, fléau majeur à l'époque. Le cours de l'Histoire, de la Révolution française à l’Empire puis à la République, sera hautement influencé par des personnalités locales comme Cambronne, Aristide Briand et bien d’autres encore. Entre le XVIIIe et le XXe siècle, la vie locale participe ardemment à l'essor agricole, économique, industriel et philosophique de la nation française, comme en témoignent les nombreuses traces qui constituent aujourd'hui son patrimoine.

Architecture et urbanisation

Inspirées par l’organisation administrative de Charlemagne et ses fils qui confèrent aux bénédictins l’administration du territoire, les juridictions sébastiennaises s’établirent dans un premier temps autour du prieuré Saint-Jacques qui sera rejoint par les demeures seigneuriales de la Jaunaie, de la Patoullère, de la Savarière, de Portechaise, de la Civelière et qui administreront la vie économique et rurale des villages.

La fonction vitale de la Loire suscite au XVIIIe siècle sur la commune la présence d’une activité majeure de l’agglomération. Les négociants et armateurs sébastiennais font venir par la Loire des produits de la France entière à destination du Nouveau Monde. Ils convoient vers l’intérieur du pays les denrées arrivées au port. Ils installent à Saint-Sébastien-sur-Loire leurs demeures. De nombreux Sébastiennais sont employés dans les industries implantées sur les îles de Loire ou la Fonderie. Les édifices religieux sont nombreux. Les édifices républicains viendront les compléter à partir de la Révolution.

Les quartiers historiques

Le Centre

C’est autour de l’église Saint-Sébastien que s’établit le bourg de Saint-Sébastien-d’Aignes vers la fin du XIIe siècle, rebaptisé Saint-Sébastien-sur-Loire sous la municipalité Armand Duez.
Idéalement situé au carrefour des routes de pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle ou le Mont-Saint-Michel, le long de l’artère fluviale qu’est la Loire, le bourg deviendra vite prospère. 
L’ère républicaine y installera les écoles, la mairie, la gendarmerie. Le progrès apporte son lot de nouveaux métiers et services : poste, médecins, pharmaciens, photographes… La première banque s’installera à la Treille en 1906. Il s’agit d’un établissement mutualiste créé par les Sébastiennais eux-mêmes.

Le Douet

Ce quartier compte parmi les plus anciens de la commune. Aujourd’hui, il comprend une grande diversité de hameaux reliés les uns aux autres.
Le Douet et le Bourg constituent les deux points d’ancrage de l’urbanisation de la ville. En 1857, la population du Douet se chiffrait à 518 personnes sur les 1 900 habitants que comptait la commune à l’époque, répartie sur plusieurs hameaux et villages. Nous y retrouvons, dans un entrelacs de rues et de petites places, de vieilles habitations et de grandes demeures comme La Marronière, quelques vieux murs, ainsi que çà et là plusieurs puits comme celui qui est situé entre la rue de la Gendronnière et la rue des Courtils.

Le Portereau

Avec le quartier du Douet, le Portereau compte parmi les lieux habités les plus anciens de Saint-Sébastien-sur-Loire.
Ce quartier pittoresque présente l’apparence d’un petit village médiéval. En son centre, on trouve une jolie place entourée de maisons claires aux façades fleuries, la demeure de l’Écobut, ainsi qu’une croix dite Croix des Landes ou du Portereau des Landes, également appelée Croix de la Paix. Le charme de ce village tient en partie à ses ruelles. Exclusivement rural, le Portereau vivait auparavant de l'exploitation de ses fermes et de la culture de la vigne. Le vin nouveau y est toujours fêté dans la bonne humeur et une association baptisée « L’art de vivre au Portereau », créée dans les années 80, organise tous les ans plusieurs manifestations.

L'Ouche Quinet

Les ouches sont de petites parcelles de terre labourées, fumées et cultivées de manière intensive.
Ce sont aussi de petites parcelles encloses proches de bâtiments de ferme, consacrées aux cultures vivrières ou fourragères. Les ouches ont imprimé leur histoire et celle de leurs propriétaires dans plusieurs sites sébastiennais : l'Ouche Catin, l'Ouche Colas, l'Ouche Colin, l'Ouche Quinet...

La Savarière

Le nom du village de la Savarière rappelle celui de la Sèvre, Savara en latin, et celui de Jean Savary qui y vivait en 1400.
Le village, initialement agricole, développera au XIXe siècle une forte activité viticole. Au XXe siècle ce sont de vastes tenues maraîchères qui s’y installent. Plusieurs grandes demeures du XVIIe siècle subsistent, dont la Vincendière où aurait vécu Sébastien Viau, nommé par Henri IV capitaine du Castel de Pirmil en 1598, ainsi que la maison de famille, au XIXe siècle, de l’évêque Fournier. La construction de la route de Basse-Goulaine, l’actuelle rue du Général-de-Gaulle, découpera les terres des Savarières, en "haute et basse Savarière", et donnera son nom à ce quartier.

La Profondine

Dans les années 50, des terrains furent vendus aux ouvriers qui souhaitaient construire eux-mêmes leur maison afin de résorber la crise du logement de l’après-guerre.
Ainsi, au fil des ans, le quartier de la Profondine s’est construit, une cité composée de petites maisons basses, toujours parfaitement entretenues et personnalisées par les couleurs de leur façade et de leurs volets, mais aussi par l’originalité de leur jardin. 
Les maisons furent construites par petits groupes autour des métiers de leurs propriétaires, l’un maçon, l’autre électricien, les suivants couvreurs, plâtriers, carreleurs… C’est ainsi que, chacun mettant au service des autres son savoir-faire, la cité s’est construite. 
Les noms des rues témoignent de l’esprit solidaire et du sens des valeurs de ces familles sébastiennaises : rue de l’Union, de la Solidarité, du Courage, de la 5e République.

La Martellière

Cet ancien village sébastiennais se situe en limite de commune face à l’école d’infirmières de Nantes et jouxte le quartier de Portechaise.
En surplomb d’une carrière, aujourd’hui devenue la résidence du Val Joli, la Martellière regroupe encore quelques vieilles habitations auxquelles nous accédons depuis la rue de la Gréneraie. En longeant cet ensemble pittoresque de maisons, vestiges d’un temps révolu, nous pouvons admirer les magnifiques séquoias plantés au cœur d’un parc privé.

La Jaunaie

Le quartier doit son nom au manoir de la Grande Jaunaye, construit au XVIIIe siècle. C'est à cet endroit que le traité de paix entre Républicains et Vendéens fut signé le 17 février 1795.
Le manoir abrite aujourd'hui l'Association d'action éducative de Loire-Atlantique, en charge des jeunes en difficulté.
C'est un quartier pavillonnaire qui s'étend sur d'anciennes grandes propriétés, à la limite des zones d'activités commerciales et ludiques de St Seb' Boulevard et des Gripots.

La Fontaine

Quartier dynamique, la Fontaine dispose de nombreux atouts qui séduisent de plus en plus d'habitants.
Commerces de proximité, centre socioculturel proposent services et activités toujours plus nombreux. Proche de la zone des Grésillières, ce quartier jouit de l'attrait des entreprises qui s'y sont installées.

Cela peut aussi vous intéresser