Expression des groupes d’opposition

Magazine n° 194 juin 2022

La gauche écologiste et citoyenne

Nombreuses et nombreux ont été les Sébastiennais·e·s à se déplacer en avril dernier pour les élections présidentielles afin d’y exprimer leurs préoccupations et de rappeler leur attachement à la démocratie. Les élections législatives les 12 et 19 juin vont clore cette séquence électorale. Les enjeux sont importants car il s’agit de désigner des représentant·e·s amené·e·s à faire des choix pour notre pays et son avenir.
Nous ne cessons de le répéter, l’urgence est là et les défis à relever, tant sociaux, qu’économiques et écologiques sont énormes. Au-delà des candidatures, c’est bien autour des programmes et des idées que doit avoir lieu ce débat législatif. Nos groupes portent un projet de gauche et écologiste qui appelle à une transformation profonde de nos modes de production et de consommation donc de nos modes de vie, pour réduire les inégalités et les injustices et pour faire face aux conséquences du changement climatique. Les politiques publiques menées à l’échelle des collectivités locales (transport, rénovation thermique, lutte contre la précarité…) doivent être soutenues par la loi ; loi qui se fait à l’Assemblée Nationale.

La mobilisation du plus grand nombre dans ces élections peut donner un “ nouveau souffle ” à notre fonctionnement démocratique. Dans les jours qui viennent, échangeons, prenons le temps de débattre : culture, éducation, retraite mais aussi écologie et allons voter. Ces choix conditionneront notre vie au quotidien.

Ce désir de changement démocratique s’exprime aussi à l’échelle de la Ville. De nombreux chantiers ont été ouverts par la municipalité mais tout semble à l’arrêt. La réflexion menée sur la place des citoyen·ne·s dans le conseil municipal ne s’est pas concrétisée. Les offices municipaux sont en sommeil. Les conseils de quartier investis dans des projets d’aménagement de l’espace public n’ont toujours pas redémarré. Quant à la démarche de “ ville apaisée ”, le processus de co-construction se limite à de la concertation et laisse donc moins de place à la réflexion collective. Qu’est-ce qu’on attend ?

Faire vivre la démocratie, à tous les niveaux, est un impératif auquel nous tenons.

Saint-Sébastien humaine et nature

Élections législatives : hypocrisie et gesticulations du Maire

Dès le soir du second tour de la Présidentielle, M. Laurent Turquois s’est empressé de s’exprimer sur les élections législatives. Il a continué les semaines suivantes. Pour dire quoi ? Qu’il se réjouissait de la réélection de M. Macron et qu’il souhaitait des députés investis et à l’écoute des territoires et des élus, taclant sans la nommer Aude Amadou, députée LReM. Il a poursuivi dans des articles de presse en critiquant encore plus fortement la députée sortante et dans un article de Ouest-France du 11 mai, il s’en prend même à Emmanuel Macron en parlant de “ pouvoir centralisé qui ne sait pas écouter la réalité du terrain ”.

Rappelons que pour les élections municipales de 2020, le candidat Turquois a été soutenu par le parti présidentiel et que plusieurs élus d’En Marche siègent dans sa majorité. En 2021, alors qu’il rêvait de conquérir le Conseil départemental, il a aussi été soutenu par la République en Marche. Le Maire de Saint-Sébastien et conseiller départemental semble avoir la mémoire courte et la colère sélective suivant ses intérêts électoraux !

Mais au fait ? Que vont dire ou faire les élus En Marche de la majorité municipale ? Se taire ou défendre le Président de la République et sa candidate dans notre circonscription ? Démissionner par cohérence avec leurs convictions et par loyauté ? Affaire à suivre…

Ville Apaisée

Il y a quelques temps, la Ville s’était inscrite dans la démarche “ Ville Apaisée ” proposée par Nantes Métropole. L’objectif de cette étude est de proposer un plan de déplacement pour tous les modes de transport (piétons, 2 roues, voitures, bus, …) dans un contexte contraint. Après quelques réunions entre les élus de la majorité, les associations, plus de nouvelles. Le maire avait pourtant annoncé le redémarrage de l’étude ! Mais un changement de cabinet conseil en premier lieu puis de chef de projet à la mairie, le projet a pris du retard et les conclusions ne seront données qu’en septembre. Il y a pourtant urgence dans certains quartiers !

Jean-Yves Guillet, Christelle Dugast
Laurent Keunebroek

Michel Caillaud, Christine Le Mentec-Tricaud, Pascal Costenoble :
saintsebastienhumaineetnature@gmail.com